« Jamais assez maigre » par le mannequin Victoire Maçon Dauxerre.

Comme promis sur mon compte Instagram, je vais raconter ce que j’ai pensé du livre de la mannequin Victoire Maçon Dauxerre, « Jamais assez maigre ».

 

Processed with VSCOcam with t1 preset


J’ai connu Victoire grâce à son interview dans l’émission Sept à Huit du 10 janvier 2016, et étant très intéressée par l’univers de la mode, j’ai vite été captivée par son histoire.

Elle raconte comment son parcours a débuté: elle a été repérée par un homme dans la rue à Paris, qui veut faire d’elle LE nouveau top tendance que toutes les marques s’arracheront. Elle n’y avait jamais pensé étant donné que la jeune femme voulait rentrer à Science Po, afin de devenir comédienne.
Après l’échec de son entrée dans cette école, elle songe fortement au métier de mannequin, n’ayant « plus rien n’a perdre ». Sa famille l’encourageait dans cette voie, sans prendre conscience des points négatifs, qu’ils ont découvert bien plus tard…

Victoire a donc rappelé l’homme qui l’a interpelé dans la rue, qui l’a immédiatement envoyé en casting dans la grande agence de mannequins Elite.
Dès le début, l’agence lui prend ses mensurations et lui dit qu’elle doit perdre du poids « pour rentrer dans les fringues« . Cette phrase importante qui a marqué la jeune femme puisqu’elle se la répète à chaque fois qu’elle veut craquer pour manger quelque chose qui la ferait grossir.

Puis tout s’est enchaîné très vite pour Victoire, qui part à New-York et qui passe parfois 10 à 12 castings par jour pour différentes marques, afin d’espérer se faire remarquer pour défiler à la fashion week.
Au début, la jeune femme ne s’est pas sentie à l’aise au milieu de toutes ces femmes hautaines et pleines de jalousie, dont la maigreur l’impressionnait.
Par chance, elle réussie à se faire remarquer et débute sur les podiums de New-York.
Très vite, la nouvelle mannequin dénonce le manque d’humanité des créateurs qui ne parlent même pas aux filles, mais leur font des signes pour qu’elles marchent ou qu’elles tournent. De même que les maquilleurs/coiffeurs/habilleurs, qui s’emparent des filles, leur tire les cheveux, leur donne des chaussures qui ne sont pas à leur pointure, mais tant pis, tu dois les mettre quoiqu’il arrive.

livre-mannquin-myanastyle2

Outre le manque d’humanité des personnes de ce monde, Victoire a donc dû perdre du poids pour « rentrer dans les fringues » tailles 32 des défilés.
Elle a très vite commencé un régime à base de fruits, plus précisément de pommes. Elle n’en mangeait que 3 par jour.
Elle dénonce dans ce livre, le fait que personne ne mange et que ça ne pose aucun problème. La jeune femme explique comment chaque jour elle lutte contre son poids, en mangeant des fruits, puis en ingurgitant des laxatifs, pour évacuer « la graisse » qu’elle vient de s’enfiler. Elle n’a qu’une obsession, celle de faire 47 kilos, en se pesant à chaque fois qu’elle mange quelque chose pour vérifier qu’elle ne prend aucun gramme.
Mais Victoire prenait goût à ce corps, qui plaisait tellement aux gens de la mode. Malgré les effets secondaires qui apparaissaient (difficulté à se concentrer, à tenir debout, devenir violente avec les autres, pleurs), elle voulait continuer, pour vivre certains moments  magiques avec quelques personnes sympas comme les créatrices Vanessa Bruno ou encore Phoebe Philo (Céline).

livre-mannequin-myanastyle3

Suite à toute cette obsession, les parents de Victoire ont décidé de mettre un terme à ce que vivait leur fille. La voir si maigre, si seule, si déprimée, ils ne pouvaient pas laisser cette fille de 18 ans, se faire détruire par l’industrie de la mode.
Ils ont fait interner Victoire dans une clinique, dans laquelle, elle ré-appris à manger, à redevenir elle-même et à reprendre sa vie en main, comme une femme normale de son âge.

livre-mannequin-myanastyle4

 

En conclusion, ce livre a été pleins de surprises, tant bonnes que mauvaises. Je te le conseille. Cette histoire vraie est poignante, et Victoire ose dire des choses que tout le monde tait. Malgré les strass, les paillettes et la notoriété, il y a la face cachée du métier. Elle fait peur. La maltraitance envers les mannequins est inimaginable quand on n’a pas lu ce livre!

 

2 thoughts on “« Jamais assez maigre » par le mannequin Victoire Maçon Dauxerre.

Laisser un commentaire